Haut de Page
Société Française des Iris et plantes Bulbeuses
 

 

Hémérocallles : culture


 

LLes Hémérocalles sont des plantes de culture et d’entretien facile et avec peu d’entretien, le jardinier est récompensé par de belles floraisons. Elles peuvent rester à la même place au moins dix ans. Elles ont peu d’ennemis et sont rarement touchées par des maladies. Elles aiment le soleil mais supportent la mi-ombre.
Elles aiment les sols bien drainés (le PH est peu important) et ne craignent qu’une sècheresse prolongée ou une humidité constante. Elles ne craignent pas la compétition d’autres plantes ou de mauvaises herbes et sont également résistantes au sel en bord de mer.

Un engrais équilibré (de type 5-8-8 ou approchant) peut leur être apporté avant et après la floraison et de la matière organique (compost, fumier décomposé) à la plantation pour enrichir le sol. Des arrosages suivis en période sèche permettent un bon développement. Les Hémérocalles s’adaptent très bien en pot d’au moins 4 litres, dans un mélange terre et terreau avec un peu de compost et d’engrais, et des arrosages réguliers.

Depuis quelques années, certains pays ou régions (Angleterre, partie nord de la France, Allemagne …) ont vu apparaître une mouche cécidomyie (Contarinia quinquenotata) qui pond des oeufs dans les jeunes boutons des variétés à floraison précoce et surtout jaunes. Les larves se nourrissent des boutons qui gonflent ensuite anormalement et ne s’ouvrent pas. Ces boutons contiennent beaucoup de vers blancs d’environ 3 mm de long. Les larves arrivées à maturité s’enfoncent dans le sol pour hiverner et adultes sortent l’année suivante.

Il n’y a qu’une seule génération par an. Une prévention peut consister à détruire systématiquement les boutons atteints (les brûler ou les jeter dans un sac étanche à la poubelle) pour que les mouches ne se développent pas pour l’année suivante, mais également en choisissant une variété piège (une jaune précoce que les mouches préfèrent) pour les attirer et épargner les autres.

La multiplication se fait par division de touffes en séparant les plants, à partir de début août jusqu’à l’automne ou au printemps avant fin mars. Certains cultivars présentent des proliférations sur les tiges au départ d’une feuille, qui donnent de nouveaux plants. Il faut laisser grossir la prolifération, puis couper la hampe florale en dessous et au dessus de la prolifération que l’on replante en terre ou en pot en gardant humide.

Les Hémérocalles sont comestibles, les boutons et les fleurs étant les parties les plus savoureuses, d’un goût sucré. Elles se mangent en salade, à la vapeur, marinées ou sautées. Les boutons et les fleurs peuvent être trempés dans une pâte et frits. Elles peuvent être farcies avec de la crème fouettée ou servir à la décoration d’un dessert. Les jeunes pousses peuvent être récoltées au printemps, sautées au beurre ou à l’huile et leur goût serait comparable à des oignons au beurre. En Chine, elles sont utilisées pour soulager la douleur, mais également dans la cuisine et elles sont vendues (fraîches ou sèches) dans les marchés asiatiques.

Laure Anfosso

Société Française des Iris et plantes Bulbeuses (S.F.I.B.)

Association régie par la loi de 1901.
Siège Social : LES  POUMAROTS  32220  LAYMONT.